· 

Du sureau contre la grippe

L'hiver semble loin mais dans moins de 2 mois, on commencera par vous parler des vaccins contre la grippe.

Hors, si vous êtes prévoyant, dés la fin août, vous pouvez déjà vous prémunir d'une plante anti-grippale de bonne qualité et offerte généreusement par la nature : le sureau noir.

 

Les personnes les plus fragiles peuvent bien évidemment profiter d'une double protection : vaccin + sureau.

Attention au sureau yèble

Petite précision de départ, il y a 3 grandes variétés de sureau, le noir, le rouge et le petit.
Toutefois un seul n'est pas comestible : le sureau yèble ou petit sureau.
Cependant, le risque de confusion est faible puisque le sureau yèble pousse le plus souvent en groupes très serrés (photo ci-dessus). C'est un cousin du sureau noir, mais au contraire de celui-ci il n'est pas une arbuste mais une plante herbacée annuelle (vivace) à souche rhizomateuse. II mesure de 1 à 2 m, avec une tige dressée, simple, robuste, rigide et remplie de moelle blanche.

Le bon sureau, les baies sont retombantes
Le bon sureau, les baies sont retombantes

Le bon sureau pousse sur un arbuste, et mesure donc  entre 3 et 8 mètres. Les baies sont moins accessibles que le yèble. Les baies sont retombantes alors que sur le yèble, les baies sont sur le sommet de la tige.

 

Contrairement au sureau yèble, il est plus difficile de découvrir une grappe de baie idéale, c'est à dire une grappe où toutes les baies sont à maturité en même temps.

Les bienfaits pour la santé

Le sureau noir est un arbuste dont les baies, mais surtout les fleurs et l'écorce, sont utilisées depuis l'Antiquité en phytothérapie pour traiter différents maux comme la fièvre, les irritations buccales et les infections respiratoires responsables des rhumes, toux grasses, sinusites, grippes, etc. Le sureau possède également des propriétés diurétiques, laxatives, antirhumatismales, etc.

 

Avec la présence élevée de polyphénols, le sureau a de grandes propriétés antivirales pouvant aider à diminuer les symptômes liés au virus de l'influenza A de type H1N1.

Il devient un choix naturel à consommer dès les premiers signes du nez qui coule ou du mal de gorge. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19682714

 

En savoir plus

http://www.doctissimo.fr/html/sante/phytotherapie/plante-medicinale/sureau.htm

 

http://www.rcinet.ca/fr/2016/05/31/prevenir-prevention-cancer-cerveau-glioblastome-baie-sureau-borhane-annabi/

Réaliser sa confiture de sureau : un vrai alicament

Il n'est pas conseillé de manger les baies du sureau noir crues car elles sont légérement nocives et peuvent provoquer vomissements et/ou diarrhés. La cuisson du fruit (ou de son jus) supprime la sambucine (alcaloïde toxique) qui disparait à plus de 65° et rend le fruit parfaitement sain à la consommation et la transformation (gelées, sirops, ....).

 

 

Pour 4 pots de 250 g il faut donc environ : 

Un seau de 15 litres d'ombrelles à la récolte soit environ 1,8 à 2 kg de baies une fois égrenée ce qui donnera environ 1 kg de jus et pulpe.

 

Et comme en été il fait souvent très chaud pour se mettre aux confitures, les baies une fois égrenées peuvent être congelées pour être transformées plus tard.

 

Le temps d'égrenage est très fastidieux, mais il faut le voir comme un exercice de méditation.

Pour réaliser votre confiture, ajouter entre 600g et 1kg de sucre par kilo de pulpe.

 

Vous pouvez aussi utiliser le sureau comme colorant alimentaire naturel rouge.

Réaliser un pot de confiture de sureau est très économique, bon pour la santé mais vous verrez que cela prend beaucoup de temps. C'est pourquoi, dans le commerce, c'est loin d'être bon marché.

Avoir du sureau chez soi

Si vous n'avez pas la chance d'avoir du sureau autour de chez vous, je vous conseille de faire des boutures d'un sureau existant.
Ainsi en été, vous pourrez réaliser une confiture, et au printemps le "Champagne du pauvre".

http://lessaveursdelili.canalblog.com/archives/2012/05/28/12355123.html

 

De plus, le sureau pousse assez rapidement et vous apportera un ombrage non négligeable pour votre jardin en période de sécheresse et de canicule.